# jeûner ou ne pas jeûner : that is the question

Publié le : 04/02/2018 19:16:08
must try

# jeûner ou ne pas jeûner : that is the question

« et toi est ce que tu jeûnes ? »

l'instant blog par Valérie Journois

Lorsque le 31 décembre, la question fuse au moment de l'apéro, on comprend bien qu’il ne s’agit pas d’inquisition religieuse. Et pour cause, on est tous en train de se délecter de toasts de foie gras et de sauternes (les classiques, ça a du bon !). Donc, manifestement, le thème est plutôt d’avoir un corps sain :-). Et comme on avait déjà parlé de cela après l'été, force est de constater que, même s’il est encore fort décrié par les milieux médicaux notamment, le jeûne a désormais le vent en poupe. Que ce soit pour s’alléger de kilos superflus ou pour détoxifier son organisme, nombreux sont celles (ceux ?) qui le pratiquent, seules ou en groupe dans le cadre de retraites sportivo-méditatives. On vante même ici et là ses vertus pour les problèmes digestifs, cardio-vasculaires ou allergiques.

Bon, soyons quand même clairs, tout le monde continue de fustiger le jeûne de trop longue durée : il est stressant et nuisible pour l’organisme. Le trop n’est jamais bon. Mais justement, après les trop nombreux excès de cette fin d'année, nous le jeûne, on se dit qu’on va essayer. Pour retrouver une vraie hygiène alimentaire. Dire stop un temps puis recommencer à s’alimenter en savourant chaque bouchée comme si c’était la dernière. Sans abuser. Pour se purifier et ressentir en pleine conscience les effets de cette ascèse alimentaire sur notre corps et notre esprit. On va faire tout doux, une journée par semaine, pour ne pas se décourager et tenir sur la durée. Et puisque jeûner est propice à la relaxation et à la méditation, qu’il rend smart et clairvoyant, pourquoi se priver de se priver?