# La course méditative

Publié le : 05/07/2017 14:22:17
instant blog , must try

# La course méditative

Pour nous, c’est comme ça que ça a commencé… sur ce (bon) conseil prodigué par une amie qui nous veut du bien.

l'instant blog par Valérie Journois

On a testé, et hop, on est devenue accro. Accro à la course méditative.

Le running on s’y est mise il y a quelques années. On avait besoin de se défouler, de se changer les idées, d’éliminer toutes les toxines. Celles du corps et de l’esprit ! Sauf qu’on avait pas encore compris que l’esprit, on s’en occuperait mieux sans un casque vissé sur les oreilles avec la playlist Nova à fond pour se donner des ailes en mode stéréo.

On vient de découvrir que l’on pouvait courir en pleine conscience. Sentir et ressentir. La beauté du paysage (même urbain) qui nous entoure, le vent dans nos cheveux, le soleil sur notre visage… Les muscles en tension, la foulée de nos pieds sur le sol, le balancement de nos bras le long de notre buste, nos poumons qui s’ouvrent, le battement de notre cœur. Écouter, observer, se relaxer, même dans l’effort.

Au début, on a essayé de méditer avec l’aide d’une appli. Petit bambou en l’occurrence. Et puis on a lu un super bouquin, celui de Sakyong Mipham Rinpoche : « Running with the mind of Meditation: lessons for training body and mind ». Et là, on a compris que la course méditative était une puissante méthode d’accroissement du potentiel énergétique de l'organisme. Que méditer permettait de se concentrer sur ses sensations corporelles, d’oublier la fatigue, d’harmoniser les muscles et les systèmes cardiovasculaire et respiratoire, notamment. D’être plus performant, de dépasser ses limites. Enfin, et surtout de créer un état émotif positif: on se sent bien, parce qu’on est en harmonie totale corps-esprit.

«Un esprit sain, dans un corps sain» ça vous rappelle quelque chose ? Cette fameuse citation d’un poète de la Rome antique s’affirme aujourd’hui encore comme la maxime suprême de l’art de vivre heureux. Et pour cause, sous l’adage se cache une dimension spirituelle qui nous touche plus que jamais et que révèle la course méditative en pleine conscience. Nous sommes inexorablement une interaction corps et âme.

Après, on a laissé tomber lectures et conseils pratiques. Parce que finalement, on ne voulait surtout pas intellectualiser. Juste savourer. En mode 100% feel good. Et retrouver ce bonheur absolu que l’on ressentait quand, enfant, on pédalait intensément juste pour avoir les cheveux dans le vent…